Thérapeute conjugal et coaching sentimental - Le Cellier - Nantes

Séance en couple

Vous avez peut-être envie de savoir comment va se passer votre première séance ensemble. Lisez ce qui suit et vous en saurez plus sur la façon dont se déroule une séance et sur les avantages qu’une discussion à trois peut avoir pour votre couple mais aussi et bien sûr pour chacun d’entre vous.


Faire en sorte que vous vous sentiez à l’aise pour communiquer

Au cours de la séance chacun est encouragé à parler spontanément et à s’écouter avec intérêt. La conversation est interactive et ponctuée par mes interventions vous permettant ainsi d’approfondir les points cruciaux.

De nombreuses questions vous sont posées afin que je puisse comprendre ce qui vous préoccupe tout en m’assurant de ne pas de passer à côté d’éléments importants.

Plus vous me confiez vos états d’âmes et plus vous augmentez la probabilité d’optimiser le temps imparti par la séance ce qui vous permettra par la suite de faire évoluer votre situation.

 

Tout en veillant à ne pas vous envahir par des questions invasives et en veillant à recentrer la discussion quand cela s’avère utile, je vous guide l’un et l’autre à travers un dialogue équitable.

Les échanges sont parlants puisque l’on évoque des choses concrètes de votre vie.

Par le biais de ce qu’on appelle l’écoute active (écoute /décodage/ réaction encourageante / questionnement) vous serez encouragé à rester vous-même.

Tel que vous le comprenez, je participe activement à la discussion afin de vous aider tout au long de nos échanges à exprimer autant que faire se peut ce qui vous préoccupe.

Accorder une dimension particulière à la liberté de parole dans un cadre structuré


Vous vous laisserez guider par mon interaction tout en gardant votre liberté de parole puisque vous pouvez intervenir quand bon vous semble à condition toutefois de respecter la parole de votre partenaire.
J’accorde beaucoup d’importance au fait que vous arriviez à verbaliser vos pensées. Aussi je vous aide à libérer  vos émotions et à les partager par le biais d’une attitude ouverte et non jugeante.
Je vous épaule afin que vous puissiez réagir et interagir aux propos de votre partenaire en sa présence. La curiosité de l’un à l’égard de l’autre sera mise en avant de façon à ce que vous puissiez aller plus loin que d’habitude dans votre échange sans qu’aucun de vous deux ne se sente ni agressé ni jugé.
 
Je vous aide aussi à vous comprendre mutuellement. Je décode pour vous ce qui est exprimé maladroitement afin de le restituer avec davantage de bienveillance. Ce qui favorise l’empathie plutôt que le jugement.
Je temporise quand c’est nécessaire pour que chacun ait le temps de s’exprimer et pour que le dialogue ne prenne pas une allure de règlement de compte. 
 
Contrairement à ce qui se passe dans un dialogue non assertif (non respectueux de chacun), je veille à ce que la discussion ne tourne pas en rond et qu’aucun des conjoints ne tire le drap vers lui. Je m’assure que vous vous compreniez en évitant les quiproquos et les incohésions et surtout à ce qu’il n’y ait pas d’agressivité. 

 

Aller à l’essentiel sans occulter les détails qui font la différence


A la maison, quand les sujets sensibles plombent l’ambiance ou lorsqu’ils génèrent systématiquement du conflit, quand on en a assez des discutions qui ne mènent à rien on finit par éviter les sujets qui fâchent. Puis à force d’éviter les sujets qui fâchent, ou au contraire à force de se fâcher en espérant être enfin compris, le dialogue fini par se rompre quand ce n’est pas la relation en elle-même qui se brise.

Hélas, en l’absence de dialogues ouverts où chacun est capable d’accorder une saine curiosité à l’autre, la relation se délétère et ne peut plus repartir sur de bonnes bases tout du moins pas tant que les échanges restent superficiels.
Les conjoints ne se disent alors plus vraiment ce qu’ils pensent dans le but d’éviter de nouvelles disputes (peur du conflit, peur du rejet). Finalement les choses importantes ne sont plus ou peu exprimées. Ou à l’inverse si elles sont dites quand même c’est uniquement en situation de conflits quand les nerfs lâchent, or pour le coup elles sont mal dites.
Les incompréhensions s’accumulent et les griefs sont de plus en plus longs à être digérés. Les non-dits se cumulent et petit à petit c’est  une colère parfois sourde et intériorisée mais  de plus en plus envahissante.
 

Forcément, tôt ou tard l’un des deux conjoints craque jusqu’à parfois envisager une rupture au grand étonnement de l’autre conjoint totalement abasourdi.
 
C’est pour cette raison que durant la séance vous serez particulièrement encouragé à aborder les sujets sensibles tout en étant soutenu par ma présence de façon à ce que votre message ne soit pas déformé par votre partenaire lui-même  en proie à ses propres émotions.
 

Se laisser guider par le thérapeute qui veille à ne pas vous influencer

La priorité est axée sur l’écoute active et la communication assertive (respect de chacun et équité dans les échanges) de façon à ce que chacun puisse repartir de la séance en ayant l’intime conviction d’avoir été entendu, respecté et considéré.
 
Une fois que la peur d’être jugé est dépassée, je constate que les couples se libèrent finalement de leur gène et s’ouvrent de manière suffisante pour pouvoir  laisser place à une parole authentique. Pour la plupart, ils repartent soulagés et allégés d’un poids, même les plus réservés.

Je vous guiderai pour aller au fond des choses et crever l’abcès de ce qui vous pèse. Cela se fait toujours à votre rythme, dans le respect autant de celui qui parle que de celui qui écoute.

Il est bien sûr important que le conjoint ne se sente pas inutilement accablé, jugé ou critiqué. Mon rôle à cet égard est de permettre au conjoint qui écoute d’intégrer le mieux possible des propos parfois déconcertants.
En revanche, il convient pour moi de ne pas vous influencer tel que cela pourrait être le cas si vous vous confiez à un proche qui aurait des préjugés au sujet de votre partenaire. 
 
Et puis je ne suis pas là pour vous dire ce que vous devez faire ou pas. En revanche, je me positionne afin de vous aider à faire la part des choses. Par exemple je ne dis pas s’il faut ou non se séparer. Mais je peux vous dire ce qu’il y a de néfastes dans vos comportements si vous souhaitez le savoir et ce que vous pouvez faire pour que ça évolue

Se confier en présence d’un tiers impartial pour prendre du recul et de la hauteur

Les gens trouvent assez fréquemment que ce n’est pas très naturel de parler de sa vie privée à une personne que l’on ne connait pas. Mais franchement ce n’est pas davantage naturel de parler de sa vie privée à des personnes que l’on connait mais qui, soit n’en ont rien à faire (mais qui écoute pour rester polis)  ou soit qui ne savent pas quoi dire. Assez vite le malaise s’installe et l’on a l’impression d’en avoir trop dit.
Contrairement aux idées reçues, il y a des choses plus faciles à aborder en présence d’un tiers bienveillant qu’en présence d’un tiers déconcerté ou encore que seul à seul en vase clos à la maison.
 
Pas toujours facile donc de trouver le bon interlocuteur dans son entourage car les amis, même lorsqu’ils sont bien intentionnés et aimants, n’ont pas pour autant nécessairement le discernement nécessaire pour permettre un dialogue constructif. Ils risquent fortement d’avoir un parti pris ou de vous donner un avis en fonction de leur propre vision des choses. Quant à la famille proche, elle est trop dans l’émotion car trop proche du couple pour parvenir à rester totalement neutre et objective.

 

Le thérapeute n’est pas un juge ! Pas d’arbitrage, pas de parti pris, pas de discours moralisateur

Au cours de la séance, on ne cherche pas qui a tort ou qui a raison pas plus que l’on cherche un coupable. Lorsque la discussion dérive en ce sens je m’empresse de recadrer afin que les conjoints réalisent qu’ils sont là parce qu’ils sont liés par un lien qui les unit.

Il faut les aider à reconsidérer leur relation comme un duo soutenant plutôt que comme deux individus opposés.
 
Quand on est en conflit avec quelqu’un on a tendance à  s’adresser à lui comme s’il était notre ennemi. Au cours de la séance il y a très souvent au moins l’un des deux conjoints qui lâche prise comme s’il se délestait de quelque chose. C’est lié au fait qu’il se sent enfin compris  dans sa peine et sa souffrance et qu’il reprend espoir.

 

Les hommes souvent moins à l’aise que les femmes

Il faut admettre que pour certains, surtout pour les hommes c’est assez difficile de suivre leur femme jusqu’à moi car ils n’ont pas l’habitude de s’ouvrir aux autres. Ils sont pleins d’aprioris sur les psys et sont persuadés que s’ils arrivent là c’est que leur couple est en grand danger.

Sous leur carapace ils sont pétrifiés de peur. Mais il est extrêmement rare que je ne parvienne pas à briser la glace et que pour le coup, le temps de la séance ils enlèvent leur carapace. D’autant plus que ces hommes-là sont souvent des personnes extrêmement sensibles. Leurs compagnes sont souvent émues de les voir non seulement se livrer mais aussi prendre gout à la discussion.
 

 

Pour un couple, réussir à discuter des difficultés sans s’agresser et sans se sentir agressé par l’autre favorise un rapprochement  naturel

La plupart du temps en début de séance chacun est hésitant à parler, les conjoints prennent sur eux pour s’ouvrir à moi de leurs problèmes. Beaucoup m’ont déjà confiés après la séance qu’au départ ils se demandent un peu ce qu’ils font là se disant que ce n’est pas très habituel. 

Alors qu’en fin de séance, en règle générale c’est à moi de les inviter à prendre congés car ils se sentent bien. Et oui, ils arrivent enfin à discuter ouvertement ans s’agresser, sans avoir peur de la réaction de l’autre. Ça leur fait du bien de voir que c’est encore possible.  Ils sont d’ailleurs étonnés de voir à quel point la séance à vite passé. C’est pourquoi je prévois toujours un peu plus de temps au cas où ils voudraient aller un peu plus loin dans l’échange. C’est en effet toujours frustrant de devoir s’arrêter de parler alors que l’on arrive enfin à parler vrai.
 
C’est agréable et touchant de voir les conjoints se prendre la main en fin de séance alors qu’ils étaient distants au départ. Pour moi c’est une petite récompense non négligeable !